Home/idées et opinions/POLITIQUE/Sénateur Onondieu Louis, le petit altéré du Nord-Ouest remontre sa volonté de boycotter le rapport du Sénat sur la dilapidation des fonds PétroCaribe

Sénateur Onondieu Louis, le petit altéré du Nord-Ouest remontre sa volonté de boycotter le rapport du Sénat sur la dilapidation des fonds PétroCaribe

La rédaction de VEDETH vous prie de bien lire cette lettre que le Sénateur Onondieu LOUIS a adressée au président de la commission éthique et anti-corruption Évallière BEAUPLAN, chargée d’enquêter sur la disparition de plusieurs millions de dollars dans le cadre de l’accord PétroCaribe entre Haiti et le pays d’Hugo Chaves, le Venezuela.

Honorable Collègue Sénateur,

Élu Sénateur de la République pour le Département du Nord-Ouest dont je porte la fierté et la grandeur sur tout mon front, il n’y a de vanité à vous rappeler ici que je n’aurais jamais mérité et bénéficié d’une si grande confiance de mes mandants si, au préalable, je ne m’étais pas signalé à l’attention de la population par le sens du sérieux et du devoir que j’ai toujours mis dans l’accomplissement de mes différentes tâches soit comme Professeur, Commissaire de Gouvernement, soit comme Avocat de la veuve et de l’Orphelin.

Honorable Collègue Président,

Lorsque j’ai choisi, à mon corps défendant, d’intégrer la Commission Éthique et Anti-corruption du Sénat de la République, mon seul et unique objectif était de pouvoir contribuer à faire jaillir la lumière sur la gestion des Fonds Pétro Caribe, lesquels étaient destinés ultimement à l’amélioration des conditions matérielles d’existence des masses rurales et urbaines nécessiteuses dont la vie végétative et nue, à l’instar de l’Homo Sacer de Georgio Agamben, ne cesse de révolter ma conscience de citoyen et saisir mon cœur d’homme. Autrement dit, j’ai vu à travers le dossier des Fonds Pétro Caribe la meilleure occasion qui s’offre à l’Assemblée des Sénateurs pour prouver au pays et au monde entier que la cinquantième législature pouvait s’élever à la hauteur de la noble mission qui lui est assignée par la Constitution d’amener les ordonnateurs et comptables de deniers publics à rendre compte de leur gestion à la nation au sens où l’entend Alain Turnier.

Il aurait fallu, selon moi, déceler dans ce dossier un échantillon ou mieux un idéal type de mauvaise gouvernance et de corruption suivant la démarche veberienne, qui puisse aider l’État haïtien dans une perspective de réforme de l’Administration publique à réaliser une radiographie de tout le système global pourri, dit-on, jusqu’à la moelle.

Dans la cohue du temps qui passe, je constate cependant avec amertume que le rêve que j’ai caressé en intégrant ladite Commission tend à se transformer en une véritable chimère. Le rapport attendu de la Commission et qui devrait servir de phare aux autorités judiciaires dans le cadre de leur enquête en vue de la manifestation de la vérité est pris d’assaut par ceux-là mêmes qui ont planifié et rendu possible le détournement des Fonds Pétro Caribe. Il est insensé et inconcevable qu’un rapport émanant d’une Commission Sénatoriale puisse constituer une insulte à l’intelligence des couches saines et avisées de la population.

Honorable Collègue Président,

Il devient aux quatre coins du pays un secret de polichinelle que la rédaction du rapport de la Commission est confiée à l’ex-président provisoire et de facto Jocelerme PRIVERT qui a adopté lui-même deux résolutions à l’effet d’autoriser le décaissement de soixante-dix millions de dollars américains provenant des Fonds Pétro Caribe pour financer des projets mort-nés à travers le BMPAD à la direction duquel il a placé son petit copain Patrick NORAME dont le seul nom dit tout de la gabegie et de la corruption qui caractérisaient son administration.

Pénétré du sens profond de l’honneur qui me caractérise en plus d’être constamment animé par l’amour de la vérité et le souci d’une saine et impartiale administration de la justice, je dénonce de manière la plus véhémente que dénonciation puisse être formulée, le rapport à venir qui est marqué au fer rouge de la vengeance politique et même politicienne.

Honorable Collègue Président,

Pour votre gouverne et votre édification, il est clair que le rapport dont la rédaction est soumise au laboratoire PRIVERT constitue un pion dans un jeu politique macabre qui ne vise qu’à blanchir le cercle de petits copains et coquins de ses concepteurs et rédacteurs en clouant par contre au pilori les potentiels ou supposés adversaires de ces derniers aux échéances électorales prévues en 2022. De même que je suis trop fier moi-même pour avoir des protecteurs, je suis tout aussi trop obscur pour avoir des protégés. J’entends demeurer donc libre de toutes les entraves qui captivent les autres membres de la Commission, car je ne dois allégeance à personne.

Fort de ma conviction inébranlable et de tout ce qui précède, je demande, par cette lettre, acte à la nation et à l’histoire de ce que je me désolidarise de la Commission chargée d’approfondir l’enquête sur les Fonds Pétro Caribe et du fait que le rapport dont elle aura accouché par opération césarienne de politique vengeresse ne portera pas ma signature. Je ne veux pas qu’on dise que j’ai été de ceux-là, quand les générations à venir maudiront les mémoires des auteurs de leur infortune.

En terminant, je vous renouvelle, Honorable Président, l’assurance de ma très haute considération et vous prie de recevoir l’expression de mes salutations en la patrie commune.

A bon entendeur, salut !

Me Onondieu LOUIS, Av, Légiste.
Sénateur de la République
Secrétaire/Rapporteur de la
Commission Éthique et Anti-corruption.-

Cc : Youri LATORTUE
Président du Sénat de la République.-

LAISSEZ UN COMMENTAIRE
By | 2017-10-24T01:17:08+00:00 24/10/2017|POLITIQUE|

About the Author: