Home/SOCIETE/Le rôle de l’Eglise Catholique dans la décadence et la paupérisation d’Haiti

Le rôle de l’Eglise Catholique dans la décadence et la paupérisation d’Haiti

En Haïti, le mal est en tout et il est partout

A première vue, quand on dit l’Eglise Catholique Romaine, on aurait pensé que c’est une institution composée d’hommes et de femmes servant Dieu, compétents, honnêtes, intègres et sérieux. Loin de là, comme le dit un grand écrivain français, l’Eglise est une assemblée de coquins. Dans le marasme que vivent les Haïtiens aujourd’hui, si l’on n’arrive pas à comprendre qui nous sommes, où nous sommes, il serait quasiment impossible de trouver la porte de sortie. Comme institution fondamentale au sein d’une société, l’Eglise a un pouvoir de coercition et de domination. L’Eglise fait partie des appareils répressifs entre les mains de la classe dominante pour opprimer le peuple. C’est à juste titre que depuis le Concordat de 1860, l’Eglise Catholique fait un travail de sape en Haïti. Je dois rappeler à tout un chacun que je ne veux nullement juger chaque membre de cette institution. Il y a des prêtres qui sont sérieux et honnêtes.

Un homme d’Eglise comme le Monseigneur Guire Poulard est très respecté pour son charisme, son sens de sérieux et son honnêteté. Les Evêques en Haïti sont tous des chenapans, à part de ce Poulard qui va à la retraite. J’ai eu une conversation avec un évêque américain récemment qui m’a expliqué en long et en large pourquoi on se méfie des évêques haïtiens et on les considère comme des voleurs. Depuis une vingtaine d’années, les évêques haïtiens s’amusent à gaspiller les fonds mis à leur disposition par des conférences épiscopales étrangères et le Vatican. Et, jamais ils ne sont disposés à fournir des rapports détaillés. L’un d’entre eux a raté la chance d’être cardinal parce qu’il a volé 1.5 millions de dollars destinés à des séminaristes et leurs parents, après le tremblement de terre. Nos hommes d’Eglise en Haïti sont aussi pourris que les proxénètes.

Ces hommes qui ont fait vœu de chasteté et de pauvreté sont non seulement actifs sexuellement, mais ils entretiennent des hommes et des femmes. Il est estimé que le clergé haïtien est homosexuel et bisexuel à 40%. Le restant des 60% est hétérosexuel et a des séances de jambes en l’air à volonté et à répétition. Si autrefois, on pouvait fier un prêtre haïtien, aujourd’hui c’est la débandade au sein de l’Eglise. Il y a des prêtres qui ont jusqu’à 12 enfants et ils prennent soin d’eux tous. La clameur publique veut quand on est dans une relation avec un prêtre c’est comme si on avait gagné le lotto. Les prêtres s’occupent bien de leurs maitresses au frais de la princesse, l’Eglise et ses ouailles. L’une des tares de l’Eglise Catholique dans la société haïtienne, c’est cette histoire d’homosexualité qui a fait des victimes un peu partout dans le pays. Que de jeunes hommes ont été déchalborés et enculés. La mission première de l’Eglise Catholique après son implantation dans le pays en 1860, c’était de conquérir le pays en formant une classe d’hommes et de femmes qui soit déconnectée de la réalité du pays.

Après 157 ans, on voit bien que l’Eglise Catholique a réussi à former des monstres pour embourber le pays dans le marasme. Non seulement elle a formé une classe d’hommes et de femmes bourrée de préjugés, mais ils sont plats de caractère, inconscients, insouciants, la plupart sont des esclaves sexuels : massissis, lesbiennes et prostitués, et ils sont corrompus. Le comportement abolotcho de l’Haïtien d’aujourd’hui tire sa source même de l’Eglise Catholique. Le prêtre catholique est l’abolotcho par excellence. Il occupe toutes les fonctions sociales et politiques dans son sacerdoce, et il sait comment manipuler les hommes. L’Eglise Catholique en Haïti n’a jamais embrassé la cause des faibles. Il y a des prêtres qui par leur velléité, leur passion pour la liberté ont essayé de prêcher la justice sociale, mais on a vu comment cela s’est passé avec Jean Bertrand Aristide devenu multimillionnaire.

On a comme l’impression que tous les prêtres sont dans une course pour devenir multimillionnaires. Ils détournent les fonds des églises, ils se lancent dans la politique active pour pouvoir arnaquer des politiciens et tirer leurs épingles du jeu. Le prêtre haïtien est devenu un modèle de répugnance et de bassesse. Si dans le temps, un prêtre pouvait consoler, réconforter et fortifier, aujourd’hui il est si préoccupé à faire du fric, qu’il perde l’onction divine. Un prêtre est devenu un vulgaire vagabond qui n’a ni onction divine, ni autorité morale pour exhorter les pécheurs, le peuple de Dieu. Nul besoin de remonter à des philosophes qui ont fait des études approfondies sur le clergé et qui se disent anticléricaux. Nous avons l’impression que les prêtres sont formés pour manipuler les ouailles, les porter à la soumission et tirer leurs épingles du jeu au profit de l’Eglise Catholique et de l’oligarchie. En Haïti, en 2012-2013, nous avons vu comment un Cardinal s’est arrangé pour sauver un président inhabile face à la foudre d’un groupe de manifestants qui réclamaient transparence et plus d’ordre dans la gestion des fonds publics.

Il est bruit que le Cardinal a été arrosé pour organiser le bordel de El Rancho qui a sauvé le dévergondé Michel Joseph Martelly. Yon prezidan monte sou pouvwa ak tout yon enkilpasyon sou tèt li, kadinal vin woule tapi pou li. Yon sanzave yo met prezidan ap boule lajan Petrocaribe, li bay kadinal plis pase 3 milyon dola, kadinal la fè El Rancho poul sovel. Yon ansyen prezidan kanpe li di betiz ki pa ret ak betiz. Kadinal la ki se yon otorite moral swadizan pa di krik. L’Eglise Catholique en Haïti n’a aucune autorité morale pour élever la voix contre la déchéance, la déliquescence, la corruption et la malversation des dirigeants d’Etat puisque les prêtres et les évêques sont aussi impliqués jusqu’au cou dans ses malversations soit directement, soit par personne interposée. Le cas d’Aviol Fleurant est symptomatique. Il est bruit que ce dernier a le support de l’Eglise Catholique au sein du Ministère de la Planification, mais à bien regarder l’Aviol Fleurant grande gueule qu’on connait, fils légitime de l’Eglise n’est qu’un vulgaire petit voleur. Aujourd’hui le pair Aviol et Thimoléon rançonne les parlementaires et tous ceux qui ont des projets gérés par le Ministère de la Planification ; ils gèrent leur 5, 10% tètkalement. Plusieurs autres chenapans qui s’identifient à l’église catholique et qui se présentent comme des hommes bons s’affichent en fait comme des mafieux. On connait bien l’histoire des hommes comme Daniel Gérard Rouzier qui utilise l’Eglise Catholique comme drap blanc pour bloquer l’accès à l’électricité au peuple haïtien.

En plus, n’est-il pas à la tête de l’organisme dénommé « Food for the poor ». J’aimerais bien demander à l’économiste Rouzier qui sont les pauvres en Haïti. Et, si vraiment il y a des pauvres en Haïti pourquoi sont-ils pauvres. Daniel Gérard Rouzier fait partie de ces éléments formés par l’Eglise Catholique qui appauvrissent la population et qui se plaisent à appeler les gens pauvres pour les détruire spirituellement. Ces messieurs sont de véritables manipulateurs et cancers pour le peuple. Le réseau de voleurs de terres en Haïti est bien souché au sein de l’Eglise Catholique. La majorité des avocats qui font ces genres d’exaction sont connus comme des fils de l’Eglise. L’Eglise Catholique est responsable de nos malheurs parce que non seulement ils établissent comme leaders religieux des chenapans, mais aussi ces derniers ne prêchent pas la parole de Dieu comme ils devraient. Dans Osée 4 v 6 il est dit : « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, Je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce; Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, J’oublierai aussi tes enfants. » L’Eglise Catholique ne fait pas un plaidoyer pour inviter les fidèles à lire la parole de Dieu qui peut les humaniser, les sanctifier et les purifier. Pour l’Eglise Catholique, le fidèle est un vulgaire personnage, un béni oui oui, qui est venu à l’église pour contribuer et croire à tout ce qu’on le raconte. Je me rappelle que dans une encyclique, le pape Benoit XVI avait bien précisé qu’il faut prêcher les gens. C’est quand on partage l’évangile de Jésus-Christ avec les gens qu’ils peuvent arriver à se démarquer de leur matérialisme et vivre leur spiritualité comme il se doit. Si les prêtres eux-mêmes ne croient pas dans l’évangile rédempteur du Christ, comment peut-il transmettre leurs savoirs et porter des gens à être illuminés ? Nous avons vu durant ces 50 dernières années la position anti-peuple de l’Eglise Catholique et son alliance avec l’oligarchie pour tenir le peuple dans les fers.

Quand elle prêche la théorie de la libération, c’est pour amadouer et embobiner les gens. Que de prêtres sont devenus multimillionnaires en Haïti avec cette histoire de théologie de libération. Toute proportion bien gardée, en Haïti, l’Eglise Catholique a le monopole du savoir. Présentement, c’est au sein de l’Eglise Catholique que l’on retrouve les professionnels les plus qualifiés et les plus compétents dans le pays. Est-ce que l’Eglise Catholique est disposée à mettre ses ressources au service du pays dans un mouvement radical de changement pour saper les bases du racisme, de la pauvreté, de l’immoralité, de la corruption, de la médiocrité et de la déliquescence ? Je me souviens qu’il y avait dans le temps un mouvement de jeunes assez intéressant au sein de l’Eglise Catholique appelé MEJ. Au sein du MEJ, il y avait des jeunes très doués, que sont-ils devenus et pourquoi l’Eglise ne fait pas un plaidoyer pour porter ses jeunes cadres et professionnels à lancer, contribuer au débat et à la mise en place d’une vision nouvelle pour une Haïti Nouvelle ? Un système pourri peut-il provoquer un changement de santibon ? Si la Conférence Episcopale haïtienne est constituée de malandrins et de chiens couchants à soutane, peut-elle provoquer un chambardement du système « peze souse » qui prévaut en Haïti ? C’est avec l’affaire d’El Rancho où l’Eglise Catholique a roulé le tapis rouge pour Michel Joseph Martelly qu’on a vu et constaté le degré de pourrissement de cette église qui se veut salvatrice. Les hommes d’Eglise en Haïti doivent prier pour leur rédemption. Nous savons qu’il y a des prêtres qui souffrent dans leur chair et dans leur esprit parce qu’ils sont sérieux et combattus par les grands ponces de l’Eglise. Mais, nous leur disons courage. J’ai un tas d’amis prêtres et nombre d’entre ont une vision moderne, éclairée et santibonique de l’Eglise et d’Haïti, mais ils sont boycottés et n’ont pas de leviers pour provoquer un changement. Si Haïti souffre aujourd’hui, c’est à cause d’une clique de malandrins et de parias qui se cachent dans les églises et donnent carte blanche aux politiciens, à la bourgeoisie locale et aux prédateurs de la communauté internationale pour sucer le sang du peuple.

On ne peut pas avancer sur le chemin de la libération et du développement endogène durable sans ces jeunes intellectuels au sein de l’Eglise Catholique, dynamiques, compétents, sérieux, honnêtes, intègres, et armés de courage et qui rêvent du bien, du beau et du bon pour Haïti. Nous devons trouver une formule pour séparer l’ivraie du bon grain. Nous demandons à ces jeunes de se démarquer de l’Eglise Catholique pour vivre leur destinée qui est compatible à celle d’Haïti qui doit sortir du marasme, de l’atavisme et de l’enclavement. L’Eglise Catholique haïtienne n’arrive même pas à gérer une université, quelle honte ! Depuis près de 6 mois, la Faculté de Médecine de l’UNDH est dysfonctionnelle, raison : le permis de fonctionnement de la dite faculté est périmée ; et pourtant les étudiants ont déjà payé l’année. Les prêtres sont plus préoccupés à faire du fric qu’à servir. Nous rendons hommage à tous ces grands prélats qui ont lutté pour faire d’Haïti un lieu vivable. Comment ne pas se souvenir des pères Jean Marie Vincent, Jean Pierre Louis, Max Dominique, Antoine Adrien qui a formé et propulsé le monstre Jean Bertrand Aristide et qui s’en est démarqué après. Haïti survivra, mais il faut des hommes et des femmes debout capables de réfléchir sur le dilemme haïtien et apporter des éléments de réponse.

Nous avons touche à certains problèmes, mais nous n’avons pas tout dit. Qu’en est-il de l’Eglise Catholique, le plus grand propriétaire terrien en Haïti. Quand est-il de ces évêques qui sont riches et qui ont des centaines de carreaux de terres. Ceci fera l’objet d’un autre débat. A quoi sert un cardinal en Haïti quand il est muet et garde le mutisme sur tout ce qui demande d’être débattu et désapprouvé. Nous comprenons que le Cardinal a des vices cachés et qu’il a peur d’être dénoncé par ces malandrins à qui il avait prêté mains fortes autrefois et qu’il continue d’entretenir comme acolytes. Un jour viendra où tout vérité cachée sera dévoilée et l’on comprendra la passivité des hommes d’église qui pouvaient susciter un débat sérieux dans le pays et provoquer une vague de changement. Malheureusement, nous avons affaire à des voleurs en soutane. Que Dieu ait pitié de notre âme. Qu’il sauve Haïti de l’emprise de ses satanistes lucifériens au sein de l’Eglise Catholique. Que Dieu ait pitié d’Haïti, pays vilipendé et appauvri par plus d’un dont l’Eglise Catholique Romaine.

Kerlens Tilus 08/27/2017

Futurologue/ Templier de Dieu

Snel76_2000@yahoo.com

Tel : 631-639-0844

LAISSEZ UN COMMENTAIRE
By | 2017-09-23T11:54:05+00:00 27/08/2017|SOCIETE|

About the Author: