Home/INTERNATIONAL, POLITIQUE, SOCIETE/Migrants haïtiens au Canada : Un simple merci serait apprecié

Migrants haïtiens au Canada : Un simple merci serait apprecié

Question quiz de la semaine : si un incendie ravageait la maison de votre voisin, accepteriez-vous de l’accueillir pendant quelque temps ?
Probablement que oui.
Mais s’il voulait s’installer chez vous juste parce qu’il trouvait votre maison plus belle que la sienne, l’accueilleriez-vous ?
Probablement que non.

PAS UNE CRISE HUMANITAIRE

C’est un peu ce qui se passe avec les demandeurs d’asile haïtiens.
Ils ne fuient pas une guerre. Ils ne fuient pas une épidémie. Ils ne fuient pas une catastrophe naturelle. Ils ne fuient pas un régime politique qui les menace et les persécute.
Leur vie ne serait pas en danger s’ils retournaient chez eux.
Ils ne veulent juste pas retourner en Haïti, c’est tout.
Ils préfèrent vivre au Canada.
Qui peut les blâmer ?
Pensez-vous que Dany Laferrière serait prêt à quitter les salons climatisés de l’Académie française pour retourner vivre à Port-au-Prince ?
Et que dire de Sa Majesté Michaëlle Jean ?
Bien sûr que non, et je ne les blâme pas, je ferais exactement la même chose…

RETOURNER EN HAÏTI ? NON !

Retraçons le début de cette « crise » pour ceux qui n’auraient pas suivi l’histoire de près…
Après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti en 2010, Barack Obama a accordé un statut de protection temporaire (le mot est important : TEMPORAIRE) aux demandeurs d’asile haïtiens.
Ce statut leur permettait de vivre et de travailler légalement — et temporairement — aux États-Unis.
Mais il y a trois mois, Trump a annoncé qu’il retirera ce statut spécial aux réfugiés haïtiens en janvier, en disant qu’ils pouvaient retourner chez eux vu que la situation là-bas s’était stabilisée (ce qui est vrai).
Retourner vivre en Haïti, le pays le plus pauvre de la planète, après avoir goûté au confort nord-américain pendant sept ans ? « Non merci ! », ont répondu ces réfugiés haïtiens.
Au lieu de retourner chez eux, ils ont décidé de quitter le pays de Donald pour venir chez nous.
Le hic est qu’il y a quelques années, le gouvernement Harper a lui aussi décidé de mettre un terme au statut de protection temporaire des réfugiés haïtiens, sous prétexte que les conditions s’étaient améliorées en Haïti !
On a fait la même chose que Trump promet de faire !
Résultat : la plupart de ces gens qui, comme je l’ai écrit, ne fuient ni la guerre, ni une catastrophe naturelle, ni un régime sanglant (donc, qui n’ont pas vraiment de raison de demander l’asile au Canada) seront tout simplement retournés dans leur pays.

UN MAUVAIS ACCUEIL ?

En attendant, les demandeurs d’asile qui se massent à Lacolle et au Stade olympique se plaignent des conditions qu’ils doivent endurer !
Je ne veux pas paraître sans-cœur, mais vous traversez illégalement notre frontière, vous demandez un statut qui vous sera fort probablement refusé, on transforme le Stade en refuge, on vous ouvre les bras, on vous donne du bien-être social, le maire de Montréal vous accueille chaleureusement, l’armée et la Croix-Rouge se mobilisent, les douaniers sont débordés et travaillent comme des fous pour gérer cette « crise » que vous avez provoquée…
Et vous nous critiquez ?
Ben coudonc.
Me semble qu’un simple « Merci » aurait fait l’affaire.

 

Richard Martineau

Journal de Montreal

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE
By | 2017-08-23T13:47:42+00:00 12/08/2017|INTERNATIONAL, POLITIQUE, SOCIETE|

About the Author: