Home/SOCIETE/Médecin haïtien de profession abattu : Un étudiant lui rend hommage

Médecin haïtien de profession abattu : Un étudiant lui rend hommage

Affreusement mal.

Je ne trouve pas assez de mots pour décrire ce que je ressens en ce moment. Colère, Dégoût, Tristesse, Déception, Impuissance, Résignation ? Non je ne pense pas, car malgré tout je garde espoir que les choses vont changer.

J’essaie de comprendre, j’essaie vraiment, mais je n’y arrive pas et ce n’est faute d’avoir essayé. Peu importe le motif, les choses auraient dû se régler d’une autre manière. Je ne m’interrogerai même  pas sur ce qu’elle aurait pu faire de mal. Vivre, c’est un droit qui lui est reconnu. Oui, elle avait le droit de vivre. Rien ne peut et ne pourra justifier ce qui s’est passé.

En apprenant la nouvelle, j’étais tellement terrassé, on dirait qu’elle a été une sœur, une amie ou quelqu’un que j’avais l’habitude de côtoyé…Loin de tout ça, j’ai plutôt réalisé que les efforts de mes parents, mes nuits sans sommeil, mon stress chronique et a vie pouvaient se récompenser aussi par des projectiles qui ne manqueraient pas à me transpercer les organes nobles (cœur, rein, cerveau…)

À toutes ces personnes qui ont décidé de se faire juges, à toutes celles qui ont décrété que ce médecin Résidente en troisième année à l’hôpital la paix (HUL) devait mourir de la façon la plus abominable qui soit, et surtout qui ont participé à cet assassinat. Qui êtes vous au juste pour décider du droit de vie d’un être humain ? Vous l’aviez tué, maintenant, que tirez vous de sa mort ? Une personne chargée de secourir, de vous soigner… Elle a juré d’ailleurs! Rien à mon avis. Parvenez-vous à vous regarder dans le miroir sans ressentir du dégoût pour votre propre personne ? Soyez sûr, vous êtes des monstres.

Pauvre Collègue, je ne te connais pas Mme Viau, je ne me doute bien que d’où tu es, tu pourrais ressentir ma peine. Je pleure ta mort et de toutes mes forces, je prie que justice te soit rendue même si j’en doute fortement…Je prie pour que ces animaux qui t’ont acheté la vie paient de leurs actes. Je m’excuse d’avoir osé insulter nos malheureux animaux en faisant cette méchante comparaison car ils tuent  dans la plus grande part pour se nourrir et non pas pour semer la tristesse et de la désolation. J’ai encore des choses à dire… Mais je veux tout simplement terminer par un souhait :

Mme Viau, repose en paix. Que le paradis soit ta demeure.

Beaubrun Jean Jacky.

Etudiant en MD

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE
By | 2017-08-23T14:01:41+00:00 20/06/2017|SOCIETE|

About the Author:

Leave a Reply